Comment bien choisir une ensileuse ?

ensileuse

Une ensileuse est une machine agricole qui sert à récolter du fourrage vert (maïs le plus souvent, herbe, blé…) ou du fourrage préfané, afin de faire de l’ensilage dans le but de nourrir le bétail. Ce matériel généralement automoteur va ainsi faucher, découper, broyer et récolter les éléments de culture qui permettront d’obtenir du fourrage pouvant alors être stocké. Il faut savoir que cette machine fonctionne en un seul passage car elle projette (au moyen d’un système de soufflerie et d’une goulotte) les éléments de culture dans une benne, attelée ou traînée par un tracteur se déplaçant juste à ses côtés ou la suivant. La machine automotrice peut aussi tracter sa remorque elle-même ou la benne peut être installée sur un camion. À noter qu’une ensileuse pour maïs est dotée en plus d’éclateurs de grains. On peut se demander alors : mais comment choisir son ensileuse ? Voici donc quelques conseils pour vous y aider…

L’analyse du contexte et des besoins

Les ensileuses d’aujourd’hui sont capables de récolter jusqu’à deux mille tonnes de fourrage par jour. Bien évidemment, cette capacité n’est pas nécessaire à toutes les exploitations agricoles. Il existe heureusement différentes gammes de machines, adaptées au mieux à la taille des exploitations.

Pour savoir laquelle vous convient, il faut demander conseil aux revendeurs qui vous indiqueront celle correspondant à vos besoins. N’hésitez pas pour cela à demander des devis chez différents concessionnaires.

Intéressez-vous aussi à votre ensilage car c’est un moment extrêmement important pour l’élevage. Il doit se faire dans un cadre strict et mesuré quand c’est possible.

Vous devez ainsi prendre en compte le pourcentage d’éclatement des grains de maïs et la longueur de coupe pour que votre alimentation animale soit la plus digeste et la plus équilibrée que possible et assez riche.

Il faut donc choisir une ensileuse avec le meilleur éclateur, tout en surveillant son coût et vos possibilités d’investissement. Sachez qu’il est recommandé d’avoir 70 % des grains de maïs découpés en morceaux de 4 mm.

Pour en savoir plus à ce sujet ou pour tout autre conseil d’achat d’ensileuse voir ici.

La prévision des pièces et des options nécessaires

Une ensileuse possède diverses options au niveau des équipements avant, notamment en qui concerne l’outil de récolte.

Un bec rotatif servira aux céréales immatures et au blé. Un bec à maïs conviendra à la récolte du maïs à ensiler. Mais il faut savoir que ces becs peuvent posséder 6 à 14 rangs.

Le choix va donc dépendre de vos besoins d’éleveur et de votre désir de tasser les silos.

De plus, vous ne devrez pas oublier que certaines pièces de l’ensileuse seront à remplacer fréquemment (celles employées sur les outils frontaux) à cause des corps étrangers qu’elles rencontrent (pierre, bois etc.) durant le travail. Elles sont très sujettes à la casse et vous devrez donc prévoir une certaine quantité de pièces de rechange.

La définition précise de son budget

Une ensileuse neuve et automotrice coûte entre 150 000 et 400 000 euros, c’est pourquoi elle demande une réflexion particulière sur son investissement.

De nombreux éleveurs créent à cet égard des CUMA (Coopératives d’Utilisation de Matériel Agricole, regroupant au moins quatre adhérents) permettant de mutualiser des machines achetées en commun.

Ces coopératives permettent aussi aux éleveurs de payer des pilotes pour leurs machines et d’avoir ainsi des personnes vraiment qualifiées, ce qui permettra pour le cas de l’ensileuse d’obtenir des récoltes de bien meilleure qualité.

De plus, ensiler est une opération qui peut coûter assez cher (30 à 80 euros à la tonne de matière sèche récoltée). Il faut également compter le coût du stockage, le prix du matériel d’ensilage utilisé avec son entretien, le coût de la main-d’oeuvre, le transport etc.

Il faut donc réaliser une étude au préalable pour justifier votre achat ou votre mise en commun d’une ensileuse.

L’achat d’occasion est une autre alternative, y compris au moment de la création d’une CUMA. Il faut tout de même veiller au nombre d’heures de travail de l’ensileuse concernée.

Profiter des vertus du maca sous forme de gélules
Les différences entre une assurance classique et une assurance de collection