Aboulie : comment la soigner ?

aboulie

La prise de décision et l’accomplissement des actes planifiés éventuellement deviennent une étape difficile pour les personnes atteintes d’aboulie. La personnalité aboulique représente une volonté de réaliser une action, mais elle reste incapable physiquement de l’exercer. 
Ce genre de trouble provient essentiellement de certaines maladies ou fatigues. Cependant, ce trouble n’est pas incurable, il y a des soins particuliers à prévoir.

L’aboulie, c’est quoi ?

L’aboulie représente un trouble psychique qui se traduit par une disparition ou une limitation de la volonté. La maladie s’accompagne parfois d’un manque d’activité soit physique soit intellectuelle et aussi d’une lenteur pour faire, en général, quelques gestes. L’aboulie est caractérisée par une absence de volonté. Le malade est incapable de faire une chose, mais comprend la tâche avec grande conscience, mais il ne peut juste pas la réaliser. Il prend parfois en compte la procrastination et n’arrive pas à fixer ses objectifs ni à penser à évoquer ses décisions. Il est aussi compliqué pour lui de vivre socialement et d’avoir une vie professionnelle bien équilibrée, vu qu’il n’arrive pas à fixer les horaires. Chaque action, même petite, est pour lui une grande pénibilité. Par exemple, il mettra du temps à se préparer chaque matin et va systématiquement arriver en retard. Il est parfois submergé de diverses pensées qui peuvent être parasitaires et ne veut pas réaliser un acte, même quand c’est nécessaire. Les spécialistes définissent l’aboulie comme étant une altération des phénomènes dépendants de la volonté, comme les résolutions, les actions volontaires et l’effort d’attention. L’aboulie est souvent symptomatique, voire pathologique. La personne aboulique peut par exemple être mélancolique, dépressive, toxicomane… Il y a également certains cas qui se lient à un état neurasthénique. Pour plus de détails à ce sujet, visitez le site fredericarminot.com

Aboulie : diagnostic et traitement.

Les causes de la maladie d’aboulie devront être considérées avant d’entamer le traitement. Si le spécialiste constate une cause psychologique, c’est indispensable de faire une psychothérapie qui peut devenir après une psychanalyse. À partir des symptômes apparentés à une dépression, il faut avoir le réflexe de faire une consultation chez un médecin généraliste ou un psychiatre. Il va prescrire certainement une bonne dose d’antidépresseur. La systémique méthode de Palo Alto est aussi un meilleur moyen pour diagnostiquer le système de l’aboulie. Le spécialiste pourra également prescrire un exercice comportemental qui vous permet rapidement de sortir de cette crise. Par conséquent, vous pourrez retrouver goût à ce que vous allez faire. Le plus difficile dans le traitement de l’aboulie est le fait qu’il y a, dans le savoir-faire du thérapeute, une création de climats favorables chez le malade qui éveillera son envie de consulter le spécialiste pour la première fois, et ensuite d’y revenir pour la prochaine consultation. La suite du soin est une question de méthode thérapeutique. Cette méthode va se reposer sur la capacité de l’intervenant dans la thérapie. Ce qui posera également la confiance dans cette relation. En attendant de faire une consultation, vous pouvez employer l’homéopathie qui pourra soulager chaque symptôme aboulique. Il est concevable de prendre du 9 CH Aurum metallicum, 3 granules soit 3 fois en une journée. L’usage de psychotropes pour le système nerveux central (antidépresseurs, psychostimulants) ne peut pas toujours donner les résultats voulus, et souvent, il y aura même des résultats inattendus.

Comment soigner l’aboulie naturellement ?

Quand le spécialiste aura fait un bon diagnostic de votre état aboulique, la phytothérapie vous serait d’une aide bien précieuse. Sachez que la nature a aussi prévu des plantes médicinales pour votre cas. Ces plantes médicinales nommées aussi « plantes de volonté » sont à portée de main. Ne les négligez surtout pas, surtout la citronnelle, le citron, à consommer en fruit ou bien en huiles essentielles. Il y a aussi la cannelle, le thym, le poivre et le gingembre qui ont de grandes vertus. La fatigue chronique, une des origines de la maladie, peut bel et bien être guérie par la phytothérapie. Puis, n’oubliez pas de consommer quelques composés de vitamine B12, B3, B6… Vous pouvez notamment en retrouver dans les levures de bière, que vous pouvez prendre comme supplément si vous êtes dépressif. Pratiquez aussi des activités physiques régulièrement ou de façon modérée, car c’est avantageux contre un épisode dépressif léger. Effectivement, le sport va émettre un rôle anti-inflammatoire, qui permettra de réguler le dysfonctionnement hormonal, de minimiser le stress ou l’émotion négative et améliorer en mieux votre estime de soi. Par ailleurs, il serait convenable d’éviter les caféines, les boissons énergisantes qui ne font qu’aggraver les symptômes. Il y a aussi le tabac à éviter, car c’est plutôt néfaste pour les symptômes. De ce fait, éviter ce genre de boissons vous permettra de réduire la gravité de vos symptômes.

Autres soins et préventions de l’aboulie

Le soin thérapeutique de l’aboulie aidera à traiter l’origine de votre manque de volonté, quand celle-ci sera détectée. Le patient devra aussi cesser l’exposition ou bien la consommation de certaines substances qui précipitent l’inhibition de votre volonté (alcool, drogue…). Il faut avant tout diagnostiquer et traiter tous les facteurs causant la diminution de votre volonté, en limitant ou éliminant par ailleurs tous les médicaments ou substances sources d’impuissance de volonté. Généralement, le traitement de ces facteurs causant le manque de volonté peut être avantageux aux personnes abouliques. Donc, les malades victimes d’une schizophrénie ou bien d’une dépression pourront avoir un traitement de médicaments sûrs, avec comme prescription des antipsychotiques ou des antidépresseurs. Le traitement et la mise en observation des causes à l’origine de cette maladie sont alors dépendants de la psychothérapie. Pour mieux prévenir en avance l’apparition de cette maladie, l’entourage devra rester bien attentif au moindre changement de comportement de son proche. Si une dégradation de la situation provient, il est indispensable d’inciter la personne à consulter un spécialiste et à recevoir des traitements. S’il s’agit d’une cause spéciale, il vous faut envisager l’arrêt d’un produit qui était entre autres ingéré.

Lumière et soleil : vertueux pour une personne aboulique

Pour une personne aboulique, le soleil peut faire un grand bien à son moral. Les personnes abouliques devront partir au soleil pour leurs vacances. Ces personnes ont énormément besoin d’une bonne lumière, surtout pour mieux synthétiser un surplus de vitamine D. Par ailleurs, un manque de grande clarté peut diminuer une bonne quantité de neurotransmetteurs essentiels comme la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine, qui peuvent parfois vous manquer quand vous souffrez de dépression. Sachez que la maladie d’aboulie peu être bel et bien soignée par ces méthodes naturelles et que la dépression sera diminuée à une très haute dose. Aussi, vous pouvez même vous procurer une lampe spéciale luminothérapie, qu’il faut utiliser durant un temps plus gris, ou quand vous en avez besoin. Cette lampe peut répartir une lumière de 10 000 Lux. Mais vous pouvez acheter un appareil moins cher et plutôt écologique. Donc, si vous êtes un aboulique, prenez le temps de prendre des vacances, vivez sous le soleil et la bonne lumière, car ce sont des traitements naturels, très efficaces. Cependant, avant de vous lancer dans cette aventure, il faut prendre les conseils d’un expert et consulter l’avis de votre médecin prescripteur, pour avoir plus de renseignements à ce sujet. Aussi, emmenez vos proches avec vous si vous en avez les moyens, car vos proches pourront être vos appuis en cas de crise. Avec votre famille, vous serez moins seul et vous aurez plus de réconfort pour combattre votre maladie.

Qu’est-ce que la gestion de l’expérience produit ?
Différentes saveurs de Whisky